vendredi 26 mai 2017

Insaisissable, Ne me touche pas


Je suis maudite
J'ai un don
Je suis un monstre
Je suis plus forte qu'un homme
Je veux qu'il me touche
Il ne doit pas m'approcher
Je suis leur arme
Je me vengerai

Ça y est, j'ai finalement eu l'occasion de lire ce livre dont j'avais beaucoup entendu parlé. Originellement, je l'avais commencé sur ma liseuse il y a un ou deux ans mais il n'y avait pas les trais barrant certains passages, ce qui rendait le livre moins compréhensible, m'obligeant à abandonner ma lecture. Heureusement pour moi, une amie m'a prêtée le bouquin et je l'ai dévoré en quelques jours à peine.
Je ne suis pas une grande habituée de romance, je fuis généralement ce genre littéraire car je ne le trouve pas transcendant. Mais là, le style m'a transporté, l'histoire est passionnante et le personnage incroyablement attachante. Une fois débuté, je voulais absolument savoir si Juliette allait s'en sortir, comment elle allait s'en sortir, je voulais en savoir plus sur les autres personnages également, et surtout sur le monde dystopique.
D'ailleurs, j'ai adoré que, pour une fois, plus qu'obliger l'être humain à partir vers d'autres cieux comme on le voit souvent, la déchéance du la planète due aux hommes pousse l'humanité à bout, vers ses derniers retranchement, et aggrave encore la situation. C'est un cercle sans fin qui touche, qui fait réfléchir, qui agit sur le lecteur plus que ces histoires où l'humain fuit juste, encore entier, triste mais vivant. Ici, l'homme est en aussi mauvais état que la planète.
Le personnage principal, Juliette, est un de ces êtres en mauvais état. Enfermée depuis 264 jours dans un asile qui ressemble plus à une prison d'un autre temps, elle n'a pas parlé, pas vécu ; elle dépérit, n'ayant qu'un petit cahier pour ne pas sombrer dans la folie. C'est elle la narratrice de ce roman et, moi qui n'apprécie pas forcément les narration à la première personne, en "je", j'ai adoré ici. Cela nous place immédiatement dans son esprit, dans ses pensées, cela nous aide à la comprendre, à comprendre son histoire, à nous mettre à sa place, et avec elle, le lecteur réagit à la situation et la soutient du début à la fin.
Juliette a été enfermée un long moment et pour survivre à donc tenu un carnet, à rêvé, et loin de la civilisation, loin de tout, son style s'est transformé, et devenu quelque chose d'unique basé sur les rêves. Les métaphores y sont nombreuses et c'est ce que j'ai adoré dans ce roman. La manière de raconté est superbe, très imagée, et nous fait parfaitement ressentir l'ambiance, les sentiments du protagoniste.
Vous vous en doutez, Juliette finira par sortir de sa cage, par voir ce monde de dystopie dont elle ignore encore tout. Ayant été enfermé, elle est, comme nous, vierge de tout savoir sur ce monde et cela nous permet de découvrir à sa vitesse, ni trop vite ni trop lentement, les éléments qui le composent à travers une intrigue passionnante. Car après 264 jours de solitude, un garçon va se retrouver avec elle dans sa prison, un inconnu débarque, sans explication, et son monde de solitude s'effondre pour devenir autre chose.
S'il y avait un truc dont il faudrait se plaindre, je dirais juste que c'est que l'on sent venir le triangle amoureux, les deux personnages secondaires étant des hommes à peine plus âgé que Juliette et tous deux semblants être intéressés par la jeune fille. ce serait bien le seul petit "défaut" du roman, et en même temps, étant un romance étalée sur trois tomes, c'était un peu à prévoir.
J'ai donc hâte de lire le tome suivant et j'ajouterai avec joie cette trilogie à ma bibliothèque prochainement, je pense.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire